Historique du CRMPO

  1. Robert Carrié, Alain Foucaud et Jean Meinnel
  2. Pierre Guenot
  3. Le VARIAN MAT 311
  4. Le DESS MSA-CPC
  5. Marie Le Floch
  6. Réparer, consolider et repartir de plus belle
  7. Les 3 services enfin modernisés
  8. Sourisak Sinbandhit
  9. Vers plus de cohérence

Robert Carrié, Alain Foucaud et Jean Meinnel

Le centre régional de mesures physiques de l'Ouest est une plateforme d'analyse pour les chercheurs, qu'ils soient de l'Université de Rennes, d'autres universités, ou des secteurs publics ou privés. Le CRMPO a été créé en 1972 suite à une opération conjointe des universités de Brest, Nantes et Rennes, menée à Rennes par le groupe de physico-chimie structurale.

Ce groupe, créé en 1963 par les professeurs R. Carrié, A. Foucaud et J. Meinnel, ainsi que G. Sturtz à Brest, et M. et G. Martin à Nantes, avait pour idée de rassembler plusieurs laboratoires pour avoir plus de moyens. Ainsi, par un rapport au CNRS, trois centres ont été créés, un important centre de résonance magnétique nucléaire (RMN) à Nantes, un centre d'analyse par ultraviolet à Brest, et le CRMPO à Rennes.

Les associations de laboratoires étaient presque inexistantes à l'époque, mais l'opération fut une réussite, avec pour le CRMPO, le financement pour un spectromètre de masse. Le nombre d’analyses réalisées au centre augmenta, à mesure qu’il se faisait connaitre, et les principaux demandeurs étaient les laboratoires Servier, Thomson, ainsi que la Gendarmerie Nationale ; cependant l'université de Rennes 1 est devenue rapidement le premier demandeur du centre.

Dans un premier temps les personnels du centre, dont certains étaient des étudiants, n'avaient pas de poste de titulaire de l'université, et étaient payés par le CRMPO ou par des bourses cofinancées entre le CRMPO et un laboratoire de recherche.

Pierre Guenot

Le premier ingénieur contractuel du centre, Pierre Guenot, payé sur des fonds propres du centre, a obtenu un poste fixe de contractuel du ministère des Universités en 1976, suite à la visite de Jean-Pierre Soisson, alors Secrétaire d'État auprès du Premier Ministre, chargé de la formation professionnelle.

Il est devenu ingénieur de recherche en 1986 et a finalement été nommé directeur du centre en 1990 lors du départ en retraite du professeur Robert Carrié. Il était le pilier central du CRMPO, spécialiste de la spectrométrie de masse autant que de la RMN, et travaillait sans relâche pour le bon fonctionnement du centre et des appareils. Son décès brutal en 2007 déstabilisa le centre, qui faillit disparaître.

Le VARIAN MAT 311

Le spectromètre Varian MAT 311 fait partie de l'histoire de CRMPO depuis sa création, installé en 1973, et resté le seul spectromètre de masse jusqu'en 1995. Les secrets de réparation et de maintien en l'état du MAT étaient conservés par Pierre Guenot, et après son décès il fut difficile de faire face à une avarie majeure subie la même année.

Le spectromètre resta à jamais moins précis, moins sensible et plus difficile à piloter, jusqu'à son arrêt en 2009. Le Varian MAT était un spectromètre à impact électronique possédant un système dispersif à géométrie de Nier-Johnson inversée, auquel fut rajoutée en 1979 une cellule de collision, dont les plans furent dessinés par M. Mantesquiau et usinée par M. Devos de l’Université de Mons en Belgique, et finalisée par Jean Meinnel. Ce prototype fit de l'appareil le seul à pouvoir faire des spectres CID-Mike en France pendant plusieurs années.

Le DESS MSA-CPC

Créé en 1999, cette formation en chimie analytique est l'un des aboutissements personnels de Pierre Guenot. Grâce à lui, des centaines d'ingénieurs et de docteurs en chimie analytique ont appris la complexité de la spectrométrie de masse haute résolution et de la recherche du PPM.

Le DESS deviendra master 2 pro MSA, puis master 2 pro MA, mais la philosophie reste la même.

Marie Le Floch

En 2007, Marie Le Floch, maître de conférence, et responsable du spectromètre RMN du solide hébergé au CRMPO, a alors été nommée directrice intérimaire à la demande du personnel du centre. Jusqu'à l'expiration du poste de Pierre Guenot, elle dut faire face à des soucis autant matériels que financiers, mais cette crise fut gérée avec talent et ténacité si bien qu'à la nomination du futur directeur Nicolas Le Yondre en décembre 2008, le centre put reprendre pleinement ses activités.

Réparer, consolider et repartir de plus belle

En 2008, les spectromètres du service de Masse sont en panne, grâce au travail de Marie Le Floch et du réseau des anciens boursiers, deux spectromètres l'un neuf et l'autre d'occasion sont installés, et avec 3 pilotes hautement qualifiés (Philippe Jéhan, Fabian Lambert et Nicolas Le Yondre), le retard accumulé de 6 mois sera réduit à un délai de 5-10 jours ouvrés pour la réalisation des analyses.

En 2009, avec l'appui et le soutien du service à la Recherche, Nicolas Le Yondre dépose un projet CPER pour la modernisation des équipements en début 2009. Sur 2M€, 1.32M€ vont être validés. En décembre 2009, un spectromètre de RMN est installé (500 k€).

Dès 2010, Nicolas Le Yondre rentre au comité de pilotage de la plate-forme BioGenouest Corsaire, lors de sa création, le CRMPO devient un plateau de cette plate-forme dédiée à la métabolomique.

Presque logiquement, dès 2011, Nicolas Le Yondre intervient pour le cours de spectrométrie de masse du master 2 pro MA, il rentre dans l'équipe pédagogique pour la plaquette 2012-2016.

Les 3 services enfin modernisés

En fin 2012, un analyseur élémentaire (70k€) est installé et courant 2013 l'arrivée de 3 nouveaux spectromètres (750k€) terminent le projet de CPER lancé en Janvier 2009.

Sourisak Sinbandhit

En fin 2013, le deuxième ingénieur emblématique du CRMPO, Sourisak Sinbandhit, responsable du service de RMN, part en retraite. Il faudra 3 ans de travail pour que son poste soit relocalisé et pourvu.

Vers plus de cohérence

Entre 2015 et 2017, des plates-formes des sciences de la matière de l'Université de Rennes 1 se regroupent dans une SFS (Structure fédérative de service), après concertation elle prend le nom de ScanMAT pour Synthèse, caractérisation et analyse de la Matière. Au 1er Janvier 2017, la SFS est devenue l'UMS 2001 ScanMAT.

Maryline Guilloux-Viry et Nicolas Le Yondre en sont la Directrice et le Directeur adjoint respectivement.