Peptidomics

Présentation

Avant les années 2000, la Recherche internationale dans l'étude clinique, la biologie et la biochimie appliquée bat son plein sur les nouvelles thématiques émergentes et porteuses, Genomics, Proteomics, Metabolomics et Transcriptomics, qui sont encore des standards et des moyens de publication massifs. En parallèle outre Atlantique et en Europe, une méthodologie apparentée voit le jour : La peptidomics. La première fois que le terme est prononcé, c'est lors d'un "meeting user" de la société Micromass en 1999. La présentation sur le peptidome d'insecte, des travaux publiés par la suite en 2008, donne la tendance de cette méthodologie. La marque "peptidomics" est déposée par les fondateurs de la société BioVisioN, de Hannovre (Basse-Saxe, Allemagne). Peter Schulz-Knappe et Michael Schrader présentent officiellement pour la première fois le concept à l'ABRF. La petite soeur de la Proteomics repose sur l'étude d'une portion restreinte en terme de gamme de masse (1000 à 20000 Da) des peptides protéolytiques et natifs des cellules, l'extraction et la purification sont privilégiées, et aucune étape de digestion chimique n'est appliquée. (adaptation et traduction de "Historical perspective of Peptidomics"1)

La société BioVisioN, deviendra Digilab BioVisioN et dans les locaux originaux la société PXBioVisioN propose encore ses services en Peptidomics.

(1) M. Schrader, P. Schulz-Knappe, L. D. Fricker, Historical perspective of Peptidomics, Eupa open proteomics, 3 (2014), p. 171-182